Publié le 2 avril 2019

4 raisons pour expliquer que les manuels scolaires 2019 ne seront pas des brouillons

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard

Voilà quelques mois que les informations concernant la réforme du lycée s’égrènent au fil des semaines, certaines sont moins fondées que d’autres, voire relèvent de la pure rumeur.

D’aucuns auront sans doute entendu dire que les manuels produits par les éditeurs scolaires en 2019 seraient des « brouillons » que l’on corrigera l’année prochaine, et qu’il vaut donc mieux patienter un an que d’acheter un ouvrage édité à la va-vite.

Cette assertion relève au mieux d’une méconnaissance du monde éditorial – parfois mâtinée d’un soupçon de médisance – et mérite d’être corrigée. Les manuels scolaires qui vont paraître au cours du printemps seront bel et bien conformes aux programmes récemment publiés. Et ils ne seront certainement pas réédités en 2020 !

4 faits nous permettent cette affirmation :

1° Les éditeurs scolaires préparent la réforme depuis bien plus de deux ans

La dernière réforme datant des rentrées 2010 à 2012, celle que nous vivons était attendue de longue date. Et avant de recevoir des directives curriculaires, les éditeurs scolaires ont commencé par mesurer les attentes réelles des enseignants, des familles et des élèves. Sous la bannière des « éditeurs scolaires » ou chacun de leur côté, tous ont étudié les usages et les attentes depuis environ deux ans.

Ensuite les enseignants appelés à travailler à la rédaction de manuels scolaires ont été recrutés au début de l’année 2018.

Et à l’issue d’un mercato sans pitié, tous se sont mis au travail.

L’infographie des éditions Hatier illustre clairement les grandes étapes de conception des manuels scolaires pour cette réforme.

Infographie Manuels papier et manuels numériques

Et si nous reconnaissons volontiers le travail des éditeurs et leur volonté de faire de bons manuels dès la première parution, ce n’est pas la seule raison, loin s’en faut.

2° Les financements publics ne seront plus disponibles en 2020 

Les achats de manuels scolaires dépendent de financements qui suivent de près les parutions de programme. Même si aucun cadre législatif ne l’impose, la plupart des Régions ont décidé de mettre en œuvre de grands projets d’acquisitions de manuels scolaires, au titre de dépenses d’investissement.

Des budgets très importants ont été réservés pour l’acquisition de manuels neufs pour les classes de Seconde, de Première, et de Seconde professionnelle à la rentrée de septembre, qui ne seront plus disponibles l’année prochaine !

Pour un éditeur, n’être pas prêt à temps avec un manuel de bonne qualité et conforme aux programmes, reviendrait à laisser passer l’occasion de vendre un titre.

Cette raison plus prosaïque est peut-être la raison principale : les éditeurs n’ont tout simplement pas le droit à l’erreur s’ils veulent réussir la réforme.

 

3° En 2020, les éditeurs scolaires n’auront pas le temps de corriger des manuels 2019

Sitôt les manuels de seconde et première terminés, les éditeurs vont devoir plancher sur les manuels de Terminale. Leurs équipes d’auteurs et d’éditeurs ne sont pas si nombreuses, et ils ne pourront pas se permettre de disperser leurs équipes pour que certaines corrigent et rééditent des manuels parus en 2019.

L’année de Terminale, sanctionnée par le baccalauréat, revêt une force de symbole : les éditeurs se devront de proposer les meilleurs manuels possibles, et ils prendront tous le plus grand soin de ces publications 2020. Et a priori, ils devraient disposer d’un peu plus de temps qu’ils n’en auront eu en 2019, puisque les curricula devraient paraître au printemps.

Nul doute qu’ils sauront mettre ce temps à profit pour aller plus loin dans leurs idées et démarches pédagogiques

Enfin, un simple regard en arrière nous permet de confirmer encore notre confiance dans ce cru scolaire 2019.

 

4° Lors de la réforme des collèges, aucun « brouillon » n’est paru pour être corrigé ensuite 

En 2016 et 2017, les calendriers de la réforme des collèges ont imposé aux éditeurs des contraintes comparables à cette année 2018/2019 : parutions très tardives des programmes officiels, nombre de matière important, sur plusieurs niveaux, et impliquant parfois des changements radicaux, …

Les éditeurs, même les moins expérimentés, ont tous répondu à ces défis. Aucun manuel n’a été réédité l’année qui a suivi sa sortie pour corriger une première version bâclée.

A notre connaissance, le seul manuel qui ait connu une version en 2016 et en 2017 est un manuel de SVT : les programmes étaient applicables dès septembre 2016, et un éditeur a publié un manuel pour rendre service aux enseignants, un an avant la parution prévue.

La version 2017 a été enrichie sur la base des usages des premiers utilisateurs du manuel, mais c’était en l’occurrence une opération marketing, et un service pour les enseignants. Pas du tout une version bâclée !

Pour conclure, il nous semble surtout important, de rendre au moins grâce au travail des dizaines d’enseignants engagés chez chaque éditeur, qui mettent tout en œuvre pour qu’en septembre paraissent des manuels de qualité.

Ces prochaines semaines, nous ne vous parlerons donc jamais de travail bâclé, mais allons vous présenter le fruit de leur travail, et les publications nouvelles de tous les éditeurs !

 

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard