Publié le 4 mars 2019

Les outils numériques à l’École – L’avis des lycéens [Vidéo]

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard

Quels sont les outils numériques utilisés par les lycéens aujourd’hui ? Qu’en pensent-ils ? Qu’aimeraient-ils voir dans leurs salles de classes de demain ? Nous avons posé la question aux lycéens et professeurs que nous avions convié à participer à la journée Innov’Epa, organisée au Pôle formation de la CCI de Strasbourg.

C’est le retour d’un débat qui agite les conseils pédagogiques depuis quelques années : faut-il utiliser les appareils électroniques pendant les cours ? Permettent-ils un meilleur apprentissage ou sont-ils source de distraction et de perte de concentration pour les élèves ? La question du bienfait de ces appareils électroniques se pose aussi : applications pour les tablettes, exercices de différenciation, grilles d’évaluation, relevés de notes sont autant d’outils désormais mis à disposition des enseignants.

Vers une généralisation du numérique à l’École

Pour beaucoup, l’utilisation du numérique à l’École se fait déjà par un Espace Numérique de travail (ENT). Comme pour Hugo, élève de Terminale, son utilisation de l’ENT est déjà devenue une habitude et un réflexe: « via cette plateforme-là, les professeurs peuvent parfois mettre leurs cours, ou ils peuvent mettre des documents en ligne. Et puis si on a un problème avec eux on peut les contacter, leur envoyer des mails ». Alexandre, également étudiant de Terminale, admet qu’il est pratique d’avoir accès à « de plus en plus de cours en ligne, pour qu’on puisse les rattraper ».

D’autres élèves font déjà l’expérience du numérique en classe via l’utilisation des tableaux numériques. « Avec les stylets pour directement remplir les pages de cours sur le tableau, et ensuite pourvoir les sauvegarder », précise Geoffrey, étudiant en BTS. Le Tableau Blanc interactif (TBI) peut être, dans une certaine mesure, un bon outil d’apprentissage, s’il n’est pas utilisé de manière statique. Un usage encore peu maîtrisé selon Juliette, étudiante en BTS : « Personnellement j’ai encore du mal à en voir l’intérêt parce que, justement, le corps enseignant a encore souvent du mal à s’en servir. Je pense que ça pourrait être très utile, notamment pour les partages de cours ».

Enfin, les lycéens qui utilisent au quotidien une tablette tactile et des manuels numériques sont ravis : « c’est pratique, pour avoir les devoirs chez soi ou sur son téléphone par exemple » pour Geoffrey, et plus encore pour Alexis en Terminale : « Moi je suis assez bordélique donc avec mes cahiers, c’est pas toujours ça le rangement. Là on a juste une tablette dans le sac et c’est réglé. Fini de ranger ses affaires, d’oublier ses cahiers, on a juste à prendre quelques trucs et c’est bon. »

 

Un apprentissage individualisé et une communication améliorée

Alors que l’on se demande encore s’il faut utiliser tablettes et livres numériques en classe, les lycéens y voient que des avantages, notamment alléger le poids du cartable et faciliter l’organisation : les manuels papiers, lourds et encombrants, sont remplacés par les manuels scolaires numériques téléchargés dans la tablette numérique. En outre, les exercices faits sur ce support peuvent être archivés sans que les feuilles ne volent, ne se perdent ou n’augmentent le volume des classeurs.

Alexandre en rêve : « ce qui serait pratique pour les cours ce serait les ordinateurs ou les tablettes numériques, parce que ça allègerait un peu le poids du sac, et ce serait beaucoup plus pratique pour étudier puisque ça serait beaucoup plus facile de stocker tout ça ». Hugo poursuit : « On a quand même beaucoup de livres, beaucoup de cahiers à emporter. Pourquoi pas avoir sur une clé USB ou, je sais pas, sur les téléphones, tous les cours ».

Selon les étudiants, les outils numériques permettraient aussi un apprentissage individualisé, et faciliteraient l’accès aux informations et le travail collaboratif entre élèves, grâce à la consultation des nombreuses ressources disponibles, et au partage immédiat des documents, comme le résume Juliette : « les outils numériques nous permettraient d’ouvrir plus de portes, plus de possibilités. De gagner aussi en autonomie, notamment avec des aides, des cours en ligne ».

Pour Elsa, élève de Terminale, les outils numériques proposent une pédagogie plus différenciée, avec des exercices adaptés et corrigés de manière immédiate par l’enseignant si le document est partagé, ou par un logiciel dans le cas de quizz. Pour elle, les outils numériques à l’École ne seraient pas une source de distraction, et au contraire permettraient une meilleure attention : « les jeunes de nos jours sont plus intéressés par leurs téléphones ou tablettes. Je pense qu’ils seraient beaucoup plus captivés et plus intéressés par le sujet, même si ça reste des mathématiques. Par exemple avec des vidéos, je pense que l’on est plus captivé sur des images que sur, peut-être, des phrases ou des mots ».

 

Une préparation utile à la vie professionnelle future

La technologie fait désormais partie intégrante de notre société. Contrairement à la génération précédente, qui a dû apprendre à se servir des nouvelles technologies une fois adulte ou jeune adulte, les étudiants d’aujourd’hui baignent dedans depuis tous petits. Les lycéens ont conscience que ces outils feront partis de leurs futurs métiers, et qu’il est important d’apprendre à les utiliser correctement le plus tôt possible : Alexandre, par exemple, préconise « de numériser le plus de choses possibles. Cela réduirait déjà la consommation de papier ». Hugo, lui, pense à l’avenir : « je suis dans une génération où internet et le numérique, c’est présent partout donc forcément je pense que dans ma vie professionnelle future j’en aurai forcément besoin. Et en tout cas, je devrais savoir l’utiliser et correctement l’utiliser ».

Juliette et Elsa, étudiantes dans le domaine de l’architecture, en voient déjà l’importance : « nous sommes dans les industries graphiques, donc on est lié aux outils numériques, aux outils informatiques de manière assez poussée. De ce fait, pouvoir utiliser et être à l’aise avec les outils numériques de plus en plus tôt et de mieux en mieux est de toute façon un avantage non négligeable pour notre métier, pour notre corps de métier et nos futures formations », et concluent que « le terme outils numériques est assez large. On devrait, tout du moins, s’adapter et être de plus en plus à l’aise avec ces outils, pour pouvoir évoluer avec le temps ».

Alexis rejoint leur avis : « maintenant, une personne qui n’arriverait pas à utiliser ces appareils-là serait assez désavantagée par rapport aux autres. Parce que, plus on avance, plus la technologie avance pour faire de plus grandes choses et plus rapidement ». Geoffrey, lui, est persuadé que « tous les lycées, tous les établissements [devraient avoir] ce genre de matériel ».

 

Du côté des enseignants

S’il est impossible aujourd’hui pour l’école d’ignorer ces outils, il est cependant indispensable d’avoir conscience de leurs limites et de leurs inconvénients. La formation technique et pédagogique initiale et continue des enseignants s’avère ainsi incontournable : non seulement pour les familiariser avec l’objet et ses fonctionnalités, mais pour permettre une utilisation raisonnée et optimale dans l’acquisitions des connaissances et des compétences scolaires.

Béatrice, professeure en BTS est formelle : elle n’utilise pas assez d’outils numériques. « Mais c’est une volonté que j’ai ! Je voudrais travailler avec mes élèves, mieux les intégrer dans la notion de projet. Et pour ce, j’aurais besoin effectivement de ressources, de ressources numériques. (…) Ce que j’aimerai, c’est vraiment une plateforme où, par thème, je peux rassembler et  mettre à disposition de mes élèves des ressources. Et que, par rapport à cet ensemble de ressources, et bien moi je puisse leur proposer un projet à réaliser avec un accès à ces ressources numériques, qui seraient relativement centralisées sur une plateforme, qui par ailleurs pourra être collaborative ».

La mise en ligne de ressources fiables (manuels scolaires numériques, sites, logiciels…), validées par l’Éducation nationale, adaptées à la classe (le professeur pouvant avoir un regard en direct sur les productions de ses élèves) et correspondant aux différents niveaux et matières, est un élément clé à mettre en place. Dans un avenir proche, les outils numériques scolaires seront toutes consacrées à faciliter l’accès aux informations et le travail collaboratif entre élèves, grâce à la consultation des nombreuses ressources disponibles, et au partage immédiat des documents.

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard