Publié le 13 février 2019

Au Forum des Métiers, les entreprises ont besoin des étudiants de demain

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard

Claudine Hans était présente au Forum des Métiers de Molsheim pour rencontrer les élèves et présenter son entreprise : les brasseries Kronenbourg. Manager des Ressources Humaines sur le périmètre direction-production à Obernai, elle était là pour nous partager sa vision de l’orientation des élèves, et de leur futur professionnel.

 

LDE : Depuis combien de temps participez-vous à ce Forum ?

Claudine Hans : C’est notre troisième participation, nous sommes là depuis la première édition, ici, sur Molsheim. Notre entreprise est à proximité et nous considérons que c’est aussi notre rôle de contribuer à l’avenir des jeunes, grâce à des événements comme le Forum des Métiers.

LDE : Accompagner les jeunes dans leur orientation, via ce Forum des Métiers, c’est votre enjeu principal ?

CH : Tout à fait. C’est leur apporter la vision d’entreprise, des métiers, de ce qu’une entreprise attend d’un collaborateur, en complément des informations et de la documentation qu’ils peuvent avoir auprès des écoles.

LDE : Quels types de conseils donnez-vous aux étudiants que vous rencontrez ?

CH : Je leur conseille d’abord d’être curieux, de bien peser leurs choix, de porter une réflexion entre ce qu’ils aiment faire, les matières qu’ils aiment, et ce qu’ils n’apprécient pas. Je trouve qu’il est important de dresser une liste avec nos points positifs, nos points négatifs, ce qui nous caractérise en tant que personne. Il faut aussi prendre en compte la volonté, les capacités de travail et les centres d’intérêts. Voir ce qui peut correspondre au mieux en fonction et ensuite se renseigner sur les différents parcours, les durées, les thématiques.

Dans les échanges que j’ai avec les élèves, c’est de cette manière que j’essaye de les guider, de les interroger, pour qu’ils commencent à construire leur réflexion. Et si certains disent avoir eu un coup de foudre, et pensent qu’ils sont bien réfléchis, je les incite quand même à s’ouvrir davantage et à faire un petit bilan personnel.

LDE : Comment pensez-vous que l’école prépare à l’orientation les étudiants ?

CH : Aujourd’hui les lycéens sont quand même accompagnés, par un professeur principal ou un conseiller d’orientation. Ils ont aussi la chance d’avoir accès à de nombreuses documentations papier ou numériques, enrichies de vidéos et témoignages, poussées par des sites internet officiels… L’offre est riche.

Ce qui est plus compliqué, c’est qu’il y a toujours un besoin de personne dédiée, soit au niveau de l’école, soit des entreprises, pour pousser les élèves à travailler cette curiosité. Les étudiants sont très curieux pour les sujets qui les atteignent à titre personnel, mais beaucoup moins souvent pour leur orientation professionnelle.

Et surtout, il faudrait adopter des messages plus positifs. L’orientation, ce n’est pas forcément une période compliquée, c’est une vraie chance, de multiples possibilités qui s’offrent à eux pour construire leur avenir. C’est un message que j’aime bien partager avec les parents qui viennent nous voir au Forum des Métiers lors de la soirée, mais aussi aux jeunes qui traversent une étape enrichissante.

LDE : Combien de jeunes pensez-vous avoir rencontré pendant ce Forum des Métiers ?

CH : Je ne sais pas exactement, je dirais plus d’une cinquantaine. Maintenant c’est vrai qu’il faut aussi un peu aller les chercher, créer l’échange, et attiser leur curiosité. Ils sont toujours surpris de voir les entreprises présentes, et ont parfois un peu peur de venir échanger avec des professionnels parce qu’ils n’arrivent pas forcément à se projeter dans tel ou tel domaine. C’est aussi notre rôle, de les aider à compléter cette vision, et de leur répéter des messages qu’ils ont déjà entendus, pour certains de leurs parents, d’autres des enseignants et des conseillers d’orientations. Nous, les entreprises, sommes aussi là pour leur dire : « tout ça a du sens, c’est vrai ! ». Nous avons besoin d’eux demain, tandis qu’ils commencent à construire leur avenir professionnel.

 

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard