Publié le 27 mai 2018

Préparer la rentrée – Témoignage M. Perrin

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard

L’interview de Jean-Paul Perrin, Responsable logistique

Retour d’expérience et conseils sur les enjeux et l’organisation d’une réforme, au collège Saint-Charles à Athis-Mons.

Au sein de l’établissement, je m’occupe de beaucoup de choses, notamment de l’achat des manuels scolaires, mais aussi de tout le recrutement, de la gestion de l’ensemble des surveillants (environ une cinquantaine), de toutes les sorties scolaires, et des groupes extérieurs qui viennent le week-end.

Pouvez-vous me donner des chiffres sur votre établissement ?

Nous avons une centaine de classes. Avec les professeurs et les quelques 2700 élèves, nous sommes 3000 personnes sur le site tous les jours.

Vous avez vécu la réforme du collège 2016, quels ont été pour vous les enjeux de cette réforme ? Combien de manuels avez-vous renouvelé ?

Les enjeux étaient énormes : l’Éducation Nationale préconisait le changement de manuels sur 2 ans. Nous avons essayé de le faire par priorités. Il n’y a pas de matières prioritaires, mais nous avons commencé en tout premier avec les mathématiques, le français, ou l’anglais, c’est-à-dire la langue vivante numéro un. Sur les deux ans, nous avons acheté pas loin de 12 000 manuels pour l’établissement. Donc effectivement c’était quelque chose d’important pour nous.

Comment avez-vous organisé l’attribution de ces 12 000 manuels ?

Le système est identique tous les ans. Début avril, je fais passer une note à tous les coordinateurs pédagogiques, qui eux organisent des réunions avec les professeurs concernés. Les professeurs concernés ont 1 ou 2 journées d’échanges avec les éditeurs qui viennent directement chez nous. Ils se concertent, puis décident de l’achat du manuel. Tout m’est transmis, et c’est moi qui suis à la base pour le chiffrage et les commandes.

Comment concrètement avez-vous organisé la distribution de vos manuels ? Une fois les commandes passées, qui est-ce que vous avez intégré dans l’opération ?

Tout se fait chez nous par division : il y a un responsable de division, un surveillant principal, et un surveillant attitré. Les commandes arrivent en général pendant les vacances, je reste au moins les 15 premiers jours de juillet. Je réceptionne tous les livres, je contrôle les arrivages, puis je distribue tous les livres division par division.

A leurs arrivées, aux alentours du 15 août, les responsables de division, le surveillant principal, le surveillant, et peut-être un ou deux surveillants supplémentaires, placent les livres sur les tables. Tout est scanné au départ, et chaque élève aura une pile de manuels sur sa table qui lui est attribuée. La manipulation est réalisée dans toutes les classes, pour tous les livres.

Combien de temps faut-il pour les attributions ?

En général il faut au moins 4 jours par division. Chaque division compte en moyenne 350 élèves. Maintenant nous sommes bien rodés et nous allons plus vite, mais prendre chaque pile de livres, mettre un livre d’anglais, un livre de mathématiques, un livre d’allemand, un livre d’histoire géographie, ça prend du temps.

Dans cette organisation fastidieuse, qu’est-ce que LDE vous a apporté ?

Plutôt que de tout faire manuellement, on passe par le logiciel Cristal. C’est un plus, surtout au moment de la restitution des livres, tout est scanné en 3 secondes. On sait ce qui est à l’élève, s’il n’y a pas eu de mélange de livres. C’est un gain de temps énorme pour l’attribution et la restitution.

Savez-vous évaluer le gain de temps entre ce qui était fait avant, manuellement, et maintenant avec Cristal ?

Au niveau de la restitution, je dirais qu’on gagne facilement une bonne journée. En une journée, tout est clôturé. Avant, il fallait quasiment trois jours.

Et par rapport à la réforme du lycée, comment envisagez-vous la préparation ?

Exactement de la même façon que le collège.

Comment évaluez-vous l’accompagnement que vous a été apporté par LDE au niveau du collège ?

Avant notre partenariat avec LDE, on se débrouillait un peu tout seul. Aujourd’hui, nous avons toujours les informations en amont pour nous préparer.

Par exemple, cela fait déjà 4 mois que nous avons reçu un document de la part de LDE, nous prévenant que « Attention ! La réforme va commencer ! ».

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Envoyer l'article à un collègue
Se l'envoyer pour plus tard